Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


Hier jeudi, 14 janvier, j’ai dîné chez M. de Salvandy, ministre de l’instruction publique.

Il y avait le marquis de Normanby, ambassadeur d’Angleterre ; le duc de Caraman, jeune grand seigneur intelligent et simple, très occupé d’études philosophiques ; Dupin aîné, avec son air de bourgeois brusque ; M. de Rémusat, l’académicien d’il y a huit jours, esprit fin, intelligence impartiale ; M. Gay-Lussac, le chimiste, que sa renommée a fait pair de France et à qui la nature a donné une figure de bon paysan ; l’autre chimiste, M. Dumas, homme de talent, un peu trop frisé, et montrant beaucoup le ruban de commandeur de la Légion d’honneur ; Sainte-Beuve, chauve et petit ; Alfred de Musset, avec son air jeune, sa barbe blonde, ses opinions équivoques et son visage spirituel ; M. Ponsard, homme de trente-deux ans, aux traits réguliers, aux yeux grands et ternes, au front médiocre, le tout encadré d’une barbe noire et d’une chevelure noire, beau garçon pour les boutiquières, grand poëte pour les bourgeois ; M. Michel Chevalier, avec sa tête tondue, son front fuyant, son profil d’oiseau et sa taille mince ; Alfred de Vigny, autre blond à profil d’oiseau, mais à longs cheveux ; Viennet, avec sa grimace ; Scribe, avec son air placide, un peu préoccupé d’une pièce qu’on lui jouait le soir même au Gymnase et qui est tombée ; Dupaty, triste de sa chute du 7 en pleine Académie ; Montalembert, avec ses cheveux longs et son air anglais, doux et dédaigneux ; Philippe de Ségur, causeur familier et gai, au nez aquilin, aux yeux enfoncés, aux cheveux gris imitant la coiffure de l’empereur ; les généraux Fabvier et Rapatel, en grand uniforme, Rapatel avec sa bonne figure ronde, Fabvier avec sa face de lion camard ; Mignet, souriant et froid ; Gustave de Beaumont, tête brune, vive et ferme ; Halévy, toujours timide ; l’astronome Leverrier, un peu rougeaud ; Vitet, avec sa grande taille et son sourire aimable quoiqu’il lui déchausse les dents ; M. Victor Leclerc, le candidat académique qui avait échoué le matin ; Ingres, à qui la table venait au menton, si bien que sa cravate blanche et son cordon de commandeur semblaient sortir de la nappe ; Pradier, avec ses longs cheveux et son air d’avoir quarante ans quoiqu’il en ait soixante ; Auber, avec sa tête en torticolis, ses façons polies et ses deux croix d’officier à sa boutonnière.

J’étais à côté de lord Normanby, qui est un fort aimable homme, quoiqu’il soit l’ambassadeur de la mauvaise humeur. Je lui ai fait remarquer le bout de la table ainsi composé : Ingres, Pradier, Auber, la peinture, la sculpture et la musique.