Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En arrivant à Madrid pour les mariages, le fils d’Alexandre Dumas a rencontré Achard. Il lui a écrit ce billet :

J’arrive des pays les plus extravagants,
On m’a volé ma plume et j’ai perdu mes gants.
Mais puisque je retrouve un ami si fidèle.
Ma fortune va prendre une face nouvelle.




12 octobre. — Ce fut la Convention qui fit de l’Hôtel de Bourbon un palais législatif. Elle le destina au Conseil des cinq-cents[1]. Sous la tribune construite par son ordre elle fit placer dans un bloc de pierre une boîte en plomb qui contenait toutes les monnaies du moment, plus un exemplaire de la constitution de l’an iii. En 1829, de nouveaux travaux amenèrent la démolition de cette tribune. On retrouva intacts les écus de cinq francs et les gros sous. Quant à la constitution de l’an iii, elle était littéralement en poussière.




26 octobre. — Civilisation de la Grèce. — La guillotine vient d’être installée à Athènes. Le peuple y répugnait, le gouvernement a triomphé des répugnances du peuple. On a enfin réussi après seize ans d’hésitation à guillotiner cinq hommes sur le Pirée. Dans les premiers jours du mois d’octobre 1846, le soleil de Grèce a éclairé ces deux choses placées en face l’une de l’autre : le Parthénon et la guillotine.


Note écrite le 12 décembre suivant.

Pendant que j’écrivais ceci le 26 octobre, un acte horrible de piraterie s’accomplissait dans les eaux de Scio. Une barque pirate, montée de huit bandits, abordait en pleine mer un navire de commerce et le pillait. Deux juifs étaient à bord de ce navire. Les pirates leur demandèrent leur argent. Sur le refus des marchands juifs, ils en prirent un, le lièrent de cordes et lui donnèrent l’estrapade dans la mer. Le malheureux juif, retiré à demi mort après plusieurs immersions, s’obstina à dire qu’il n’avait pas d’argent ; ils lui firent sauter la cervelle d’un coup de pistolet. L’autre juif, voyant cela, terrifié, dit aux pirates où était son argent et celui de son camarade.

  1. Assemblée législative créée par la Constitution de l’an iii qui succéda immédiatement à la Convention. (Note de l’éditeur.)