Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome I.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIII

14 janvier [1847].

Alfred de Vigny et moi avons fait manquer aujourd’hui l’élection à l’Académie.

D’un côté, on portait Empis ; de l’autre, Victor Leclerc. Nous ne voulions ni de l’un ni de l’autre. Nous avons mis des billets blancs.

Il y avait trente-quatre votants ; majorité : dix-huit voix. Il y a eu cinq tours de scrutin. M. Empis a eu jusqu’à quinze voix, M. Victor Leclerc, jusqu’à seize.

Il y a eu des voix données, aux divers tours, à MM. Émile Deschamps, La Mennais, Alfred de Musset et Béranger. Avec nos deux voix, nous pouvions faire l’élection. Nous avons tenu bon.

Il a fallu remettre, et l’on a remis à un mois.

Au premier tour, quand on a proclamé les deux billets blancs, M. Flourens a dit :

— Voilà deux voix perdues.

Je lui ai répondu :

— Perdues ! dites : placées à gros intérêts ! Mon intention est d’amener l’un des deux partis à s’entendre avec nous qui sommes l’appoint tout-puissant, et à nommer Balzac ou Dumas en échange de nos voix.

C’est de cette façon que j’ai fait nommer, il y a deux ans, Alfred de Vigny.




IX

SÉANCE D’ÉLECTION.


11 février 1847.

31 académiciens présents. — 31 présents. Il faut 16 voix.

Absents : Thiers, Ballanche, Chateaubriand, Lamartine, de Vigny.

Brifaut et Guiraud, malades.


PREMIER TOUR.
Émile Deschamps 2 voix.
Victor Leclerc 14
Empis 15