Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Actes et Paroles, tome I.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conjure d’y réfléchir. Messieurs, songez-y, c’est l’anarchie qui ouvre les abîmes, mais c’est la misère qui les creuse. (C’est vrai ! c’est vrai !) Vous avez fait des lois contre l’anarchie, faites maintenant des lois contre la misère ! (Mouvement prolongé sur tous les bancs. — L’orateur descend de la tribune et reçoit les félicitations de ses collègues.)