Page:Houde - Le manoir mystérieux, 1913.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
LE MANOIR

rendu au commandant peut-être un service signalé.

La matinée était déjà avancée lorsque M. Bégon s’éveilla. Ses souffrances internes étaient à peu près disparues, et ses yeux brillants annonçaient son retour à la santé.

Lorsqu’on lui apprit comment le jeune de Tonnancourt avait congédié le docteur Painchaud, il se contenta de sourire ; mais, un instant après il demanda à DuPlessis d’aller avec de Tonnancourt présenter ses respects au marquis, en lui expliquant le motif qui avait empêché le docteur Painchaud d’être reçu.