Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
43
de l’abbaye de pontigny.

de cent, sur quatre lignes ; elles sont surtout remarquables par la richesse du travail. La stalle de l’abbé et celle du prieur ont au- dessus d’elles une draperie sculptée, soutenue par deux anges, et sur le devant un lutrin appuyé sur une colonne. On est surtout frappé par la vue de quatre tableaux de grande dimension, placés aux deux côtés, au-dessus des boiseries ; chacun d’eux contient vingt-quatre personnages de grandeur naturelle ; ils représentent saint Jean prêchant dans le désert, la Visitation de la sainte Vierge, la piscine de Siloë et la présentation au Temple.

Le sanctuaire, élevé de trois degrés, est fermé alentour par des grilles en fer. Au milieu se trouve le grand autel en marbre rouge, et derrière, entre les deux derniers piliers, on voit la châsse de saint Edme, portée par quatre anges en adoration. De grandes dalles carrées forment le pavement de l’église. Le chœur et le sanctuaire ont pour carrelage une pierre blanche octogone et allongée, mêlée de petits carreaux de marbre noir. On voit encore des cloîtres au nord, le long de la nef, en dehors et couverts par un prolongement du toit de l’église. Le chapitre était de ce côté, attenant à cet édifice. Les cloîtres du midi sont détruits.

Ces détails sont trop incomplets pour retracer un grand monument. D’ailleurs, il serait difficile d’écrire à leur date le détail des constructions ou des ornemens qui furent ajoutés dans la suite des siècles.

L’édifice majestueux que le comte Thibault venait d’élever à la gloire du Très-Haut, n’épuisa point ses largesses. Il voulut encore donner à l’abbaye toute