Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/296

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
286
histoire

Isles, et autant à l’abbaye de Pontigny, pour l’entretien d’une lampe. Sa fille Aliénor eut trois fils Pierre et Guy, qui se consacrèrent au service des autels, et Eudes, qui fut vicomte de Ligny-le-Châtel et seigneur de Lignorelles. Colin de Ligny se croisa en 1239, et fit des legs pieux avant son départ. Le four de Vergigny lui appartenait.

On remarque encore parmi les seigneurs de Ligny : Renaud de Ligny, écuyer, neveu et héritier de Colin ; Ermengarde, vicomtesse (1257) ; Marie d’Ervy, aussi vicomtesse (1259) ; Mabile, dame de Savoisy, veuve de Hugues, seigneur de Charny, près Saulieu, lequel était fils de Pons de Mont-Saint-Jean et de Sibile de Noyers. MabiLe descendait sans doute d’André de Savoisy, possesseur de grands biens à Ligny, en 1227.

Vers cette époque, la terre de Ligny passa toute entière aux comtes de Tonnerre. Marguerite, reine de Jérusalem et de Sicile, comtesse de Tonnerre, Cart. et titr. des hab. de Tonn. p. 7, 28 et 116.donna plusieurs biens situés à Ligny pour l’hôpital de Tonnerre, qu’elle fonda en 1295. On remarque son étang de Ligny, le moulin des Fées, les fiefs dépendans de Ligny, la rivière, les prés, et la justice qu’elle y possède. Outre son château, elle avait à Ligny une belle maison que l’on voit encore adossée à la rivière. Ses armes sont disséminées de toutes parts à l’intérieur. On vient de reconstruire la porte d’entrée, que sa vieille architecture rendait si intéressante. Guillaume de Châlons, neveu de Marguerite, eut ensuite la terre de Ligny. Jeanne de Châlons, comtesse de Tonnerre, dame de Bonrepos et de Ligny, porla cette seigneurie dans la famille