Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
176
histoire

che en entrant. Les mémoires de l’abbaye font seuls mention dus cet abbé.


JEAN DE BIENVILLE.

Ibid.Jean de Bienville, ou de Bulmeville, était docteur en théologie il jouissait d’une grande considération dans l’ordre. En 1415, les Pères du concile de Constance le choisirent pour chef de l’ambassade qu’ils envoyèrent aux Écossais. Il fut aussi désigné par le chapitre général pour traiter les affaires de l’ordre en Angleterre. Hector Boece loue beaucoup ses talens, joints à la sainteté de sa vie.

Le pape Martin V portait à cet abbé une affection particulière il lui annonce dans une bulle du 24 juin 1418, qu’à sa considération et pour rendre à son abbaye les honneurs qui lui sont légitimement dus, il permet, à lui et à ses successeurs dans l’abbaye de Pontigny, de se revêtir des insignes pontificaux, comme de la mitre, de l’anneau et des ornemens qui les accompagnent. Il lui donne aussi la permission, de donner la bénédiction solennelle les jours de fête, après la messe, après les vêpres et après les matines, non-seulement dans son abbaye, dans les monastères et les prieurés qui en dépendent, mais encore dans les paroisses qui sont sous sa juridiction immédiate ou eu partie seulement, pourvu toutefois qu’aucun évêque, ni aucun légat du Saint-Siège ne soit présent.

Jean de Bienville reçut Jeanne de Châlons, comme ayant la garde gardienne de l’abbaye. Les comtes de