Ouvrir le menu principal

Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Six heures ! Ne rentreront-ils pas ?

Quand on est très satisfait d’une heureuse aventure, on s’efforce parfois d’en distraire sa pensée, pour se ménager la joie d’y revenir. Jeanne se quitta pour les autres.

— Mes deux…

À cet instant, Georges devait s’emplir d’elle : la jolie femme supposait volontiers une gratitude infinie pour le don de sa personne, et, mêlée aux inquiétudes de la trahison, une cuisante convoitise de la posséder encore. Elle imaginait une lutte morale dont elle saisissait à merveille tous les détails les plus intimes : son amant souffrait et jouissait tour à tour et ensemble ; il attendait avec autant d’impatience que de crainte Iheure du repas qui les réunirait : la nuit aussi, peut-être… Il ne voulait plus, et voulait encore ; il croyait avoir fait un rêve, vécu un conte de fée amoureuse. Par-dessus tout, il désirait…

Quelle figure tenir en sa présence ? Elle le plaçait là, et ressentait moins de honte que de curiosité.

— Mon amant !

Elle inspecta la salle à manger, et disposa plus coquettement les couverts.

La femme qui se croit aimée veut tout embellir autour d’elle pour celui qu’elle n’aime pas.

— Il sera très gêné ! Dans quelques minutes, il s’assiéra sur cette chaise, entre moi et Pierre…

Celui-ci encore, elle aurait voulu le revoir : et les mots que l’on pourrait dire à table !