Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


confuse insinuation d’une vilenie, sinon la preuve étalée de sa force. L’homme eut peur, Jeanne le sentit, et, sûre de l’avantage, elle persifla.

— Supposez que j’aie reçu aujourd’hui même cette galanterie sans date… Renierez-vous votre écriture ou direz-vous qu’elle était pour une autre ? Le portrait est trop ressemblant. Vous plairait-il, d’ailleurs, de vous entendre ? Je récite : « Pardonnez à une audace que ma folie excuse ; vous êtes trop belle, avec vos yeux d’acier et votre couronne d’ébène, et puisque je ne peux vous le dire, que je l’écrive, au moins ! J’aime mieux risquer votre courroux ou vos dédains, et si vous avez compris de mes yeux le désir ardent de baiser vos mains fines, dites où pourrait vous revoir seule celui qui va rêver de vous avoir trop vue… » Le pathos est joli. Mais qu’en dirait votre hôte, si je m’en plaignais à lui ? Je m’amuserais fort de vous voir.

— Eh quoi, madame, vous pourriez…

Elle répondit froidement :

— Bouclez une valise et vous en jugerez.

Georges trembla : il revit tout le passé, et, tout à nu, il vit cette âme égoïste et sèche : ce que Jeanne avait dit, elle le ferait, et par cela seul qu’elle l’avait dit.

Il contemplait ce monstre gracieux et frêle, rayonnant de joie dans sa victoire.

Il se révoltait, à la fin ! Mais sa révolte mourut dans un balbutiement.