Ouvrir le menu principal

Page:Haraucourt - Amis, 1887.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au fond des voitures bien closes, dans l’odeur des soies et des fourrures, des dialogues commençaient, tous pareils.

— Quelle charmante soirée !…

— C’est une justice à lui rendre.

Mais chacun hésitait à parler le premier de ce qui les tenait tous au cœur.

— Quelle toilette, cette comtesse !

— Et quelle valse ! Sainte Vierge !

— Chut ! Votre demoiselle entend.

— Ne croyez-vous pas que ce M. Georges ?…

— La sous-préfète aurait donc servi de paravent ?

— Elle ne l’a pas volé !

Les calèches s’attardaient à la porte du parc.

— Ne croyez vous pas, mon cher fils, que ce M. Des Reynes ?…

— Non, ma mère, répondit de Valtors, j’ai de trop bonnes raisons pour en douter.

Le bord du ciel était d’un vert tendre ; les arbres de la route dessinaient de confuses silhouettes. Les attelages se rejoignaient et se dépassaient : les loueurs fouettaient leurs chevaux pour la gloire de l’écurie.

— Alors, vous croyez aussi que ce monsieur ?…

— Dame ! On ne sait pas…

— Euh, euh ! disait le monde.

Dans le salon désert, d’Arsemar, la comtesse et Desreynes entendaient au loin le bourdonnement confus des roues.