Ouvrir le menu principal

Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, II.djvu/155

Cette page n’a pas encore été corrigée


en demander à TribouLet, et, ne sachant que faire, il s’embarque pour aller consulter l’oracle de la Dive Bouteille. Il se munit de force provisions de bouche et part ; mais survient une tempête et il a peur, il se rccommandc à Dieu et à tous les saints, il pleure, sanglote, gémit, fait des vœux ; les nauchiers euxmêmes se démontent et abandonnent Je navire au fort de la tempête. Après l’ouragan Panurge fait le bon compagnon et soutient qu’il n’a pas eu peur, il se raille de Dieu et se moque de L’Océan.

Ils visitent toutes les nations, et nulle part ils ne rencontrent ce qui est bon. D’abord ils voient le pays de Chicanous, de là celui dc Quaresme prenant, puis ils arrivent dans la contrée des Ar1douilles commandées par Riflandouille et Tailleboudin, ensuite ils vont dans l’ue des Papefigues, puis dans celle des Papimanes ; ils vont toujours et jamais ils ne s’arrêtent.

Pantagruel descend au manoir de Messire Guaster, premier maître ès arts du monde ; celui-là est Je tyran universel, et nos héros lui obéissent encore plus qu’à d’autres

Ils passent successivement dans l’ue Sonante, où lusage du carême deplait souverainement à Panurge et où les Papigots règnent absolument. Ils restent quelque temps, mais comme à toute heure, jour et nuit, on venait les réveiller pour boire, Pantagruel lui-même en est ennuyé. Ils s’enfuient des terres dc Rome, arrivent dans le pays de Quinte essence, et ce n’est enfin qu’après avoir passé dans he pays de Satin, où ils virent Ouïdire, qu’ils arrivent enfin à la Dive Bouteille, terme du voyage.

Et dans toute cette longue course effrénée à travers Je monde, ce qui domine, ce qui brille, ce qui retentit, c’est un éternel rire, immense, confus, un rire de géant, qui assourdit les oreilles et donne Je vertige ; moines, soldats, capitaines, évêques, empereurs, papes, nobles et manants, prêtres et laïques, tous