Ouvrir le menu principal

Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/339

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIII


PREMIÈRES TRACES



Cependant le voyage durait depuis quelque temps, et nos amis se désolaient de n’avoir rien pu découvrir, faisant les plus tristes conjectures sur la sort de leur ami. Ils se dirigeaient vers la capitale, partout on leur disait que c’était là que se rendaient les étrangers.

Enfin un jour ils arrivèrent au village où Nono avait fait ses débuts de musicien.

Lorsque, selon leur habitude, ils eurent