Page:Grandville - Cent Proverbes, 1845.djvu/423

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
327
QU’IL ARRIVE DES PARRAINS.

dont vous avez rempli les rôles que vous avez bien voulu leur écrire. Faisons donc la paix, et, pour conclure le traité, j’imprimerai demain sur mon affiche que la pièce nouvelle est non pas de moi, mais des très-illustres poètes Burchiello, Pandolfo, Dottori, et de tous ceux qui voudront bien se présenter, à condition toutefois que vous me permettrez désormais d’intituler ainsi la pièce : le Triomphe des Masques, ou

C’est quand l’enfant est baptisé
qu’il arrive des parrains.
Grandville - Cent Proverbes, 1845 (page 417 crop).jpg