Page:Gourmont - Sixtine, 1923.djvu/305

Cette page n’a pas encore été corrigée

Quand tu manges le miel doré de mes mamelles
Quand ta bouche bourdonne ainsi qu’un vol d’abeilles
Et se pose et se tait sur mon ventre fleuri,
Ah ! je meurs, je m’en vais, je m’effuse en tes bras
Comme une source vive pleine de nymphéas,
Armoises, marjolaines, pourpiers, fleurs de ma vie !

Ensuite, Hubert rentra chez lui, vérifia quelques terminologies, se coucha.

Très accalmi, à la lueur d’une petite lampe, il lut la lettre de Sixtine.