Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.
80
LE COUVENT,

longue ſuite de persécutions me força d’y prendre le voile, on mit auprès de moi cette enfant ; mais, par un raffinement de cruauté, on me défendit avec les plus affreuſes menaces de me faire connoître à elle, & de l’appeller du doux nom de fille.


Le Marquis, à part.

Voilà ce que j’avois prévu ! à quelle confuſion me vois-je expoſé !


Le Curé, au Marquis.

Reconnoiſſez, Monſieur, la main de Dieu qui veut vous conduire au repentir. Que de motifs pour être juſte ! Les reproches de votre conſcience, l’indignation, l’horreur, le mépris qui vont vous accabler. Ah ! vous pourriez encore éviter tous ces maux par un retour ſincère à la vertu & aux ſentimens de l’humanité & de la nature.


Le Marquis.

Oh ! remords déchirans ! préjugés barbares ! à quels excès vous m’avez conduit… Sage & généreux Paſteur, intercédez ma grace auprès du Ciel & des hommes.


Le Curé, à Angélique, à Julie & au Chevalier.

Mes enfans, approchez ; votre père, votre