Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
LE COUVENT,

ce ſont les plus jeunes qui ſont les plus revêches (haut en s’aſſéyant.) Quel affront pour nous, mes Sœurs, que Sœur Julie ait fait voir par ſon exemple que nous n’étions pas à l’abri de la tentation ! Filles de Dieu, cette chute, auſſi allarmante qu’inattendue, eſt un ſigne du courroux du Ciel. Béelzébuth eſt ſur la terre ; mes Sœurs, n’en doutez pas ; nous touchons à la fin du monde. Que l’Ange conſervateur ſe rapproche de nous : écartons par de nouvelles prières le fléau qui paroît prêt à tomber ſur cette paiſible retraite. Venez, mes Sœurs, venez, & redoublons nos flagellations. (Pluſieurs Sœurs font la grimace.)


Sœur Félicité, à part.

Cette cérémonie paſſe de mode.


Une Religieuse, bas à Sœur Félicité.

Que dites-vous, là Sœur Félicité ? pour la plus régulière des Religieuſes, ce n’eſt guères pénitent.


----