Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/56

Cette page a été validée par deux contributeurs.
44
LE COUVENT,

ne me cachez pas la plus petite circonſtance. Depuis quand & en quelle occasion ce penchant a-t-il pris naiſſance ?


Julie.

Au parloir, où j’ai paru deux fois avec Madame l’Abbeſſe.


Le Chevalier, à part.

Deux fois avec Madame l’Abbeſſe ! (haut.) & ſavez-vous ſi l’objet que votre cœur a choiſi partage votre inclination ?


Julie.

Comment en ſerois-je informée ? je brûlois de fixer mes regards ſur lui, mais la contrainte où l’on me tient, la préſence de Madame l’Abbeſſe & de M. de Leuville, me forçoient de les détourner.


Le Chevalier, à part, avec joie.

Ah ! je reſpire, (haut.) encore un mot, Julie, ſon fils n’étoit-il pas avec lui ? Seroit-ce en ſa faveur ?…


Julie, héſitant.

Il eſt le ſeul homme, avec ſon père, qui ſe ſoit préſenté à mes regards.