Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/31

Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
DRAME.

docile, dans des liens qui ne ſe briſeront jamais ; c’eſt offenſer l’Etre ſuprême, c’eſt s’oppoſer aux loix éternelles de la création, c’eſt rendre barbare le culte d’un Dieu de paix.


Le Grand-Vicaire.

Qu’oſez-vous prononcer contre cette religion dont vous méconnoiſſez la ſévérité ? Oubliez-vous qu’elle n’admet à ſes Autels que des mains pures & ſans taches ? Oubliez-vous que renoncer au monde eſt le premier devoir de ceux qui ſe conſacrent au miniſtère ſacré ?


Le Curé.

Plût au Ciel qu’aucun motif humain n’y eût jamais appellé cette foule d’ambitieux, qui ne conſidèrent dans la vie ſacerdotale qu’un chemin trop facile pour arriver à la fortune, & ſe procurer toutes les jouiſſances de la molleſſe & du luxe ! L’Egliſe n’auroit point à rougir de la corruption des mœurs de ſes Miniſtres : moins opulens, ils en ſeroient plus reſpectables.


Le Marquis.

Quoi ! Monſieur, vous dont le zèle ſi pur & les mœurs auſtères ſervent d’exemple à votre troupeau, vous prêcheriez une morale malheureuſement miſe à la mode par de pré-