Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
LE COUVENT,


Antoine.

Peſte ! j’ons toujours entendu dire qu’on ne s’embarque dans une aventure périlleuſe que pour en obtenir du profit, & vous affrontais ſtelle-ci ſans ſavoir ſi Julie vous en dira grand merci.


Le Chevalier.

Oh ! je ſuis sûr qu’elle m’aimera.


Antoine, le contrefaiſant.

Oh ! je ſuis ſûr qu’elle m’aimera. Les jeunes gens ne doutons de rian ; ils penſons tous de même, & ſi par haſard alle n’alloit pas vous aimer, & qu’elle en aima un autre. Ah dame ! vous ſeriez ben attrapé n’eſt-ce pas ?


Le Chevalier.

Ah ! je t’en aſſure. C’eſt impoſſible cependant, car enfin elle n’a jamais vu d’homme que moi & mon père.


Antoine.

Et moi, dame, pour qui me prenez-vous, eſt-ce que j’ſommes une bûche ? & puis, vous croyez qu’à travers les grilles des croiſées on ne regarde pas ben les paſſans. Ces jeunes filles ont les yeux par-tout. Ça vous a une vue auſſi longue, auſſi longue, qu’une lorgnette d’Aſtrologue.