Page:Gouges - Le couvent - 1792.pdf/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.
6
LE COUVENT,

gieuſes, je n’devinons pas celle qui vous a donné dans la viſière. Il faut ben ſtapendant nous la nommer ſi vous voulez que j’vous ſoyons utile.


Le Chevalier.

Julie prononce ſes vœux aujourd’hui : figure-toi, mon cher Antoine, quel doit être mon tourment.


Antoine.

Ah ! c’eſt pour la Novice. Je nous en ſommes preſque douté : mais que diantre voulez-vous que je faſſions pour vous, au moment même de la cérémonie ?


Le Chevalier.

M’introduire là-dedans.


Antoine.

Ouais ! introduire le loup dans la bergerie ; ce n’eſt pas le moyen qui nous manqueroit, puiſque j’allions à la ville quand je vous ons rencontrais, pour y chercher un Directeur. S’il étoit poſſible, (en réfléchiſſant) eh ! ma-fine[sic], pourquoi pas. J’avons préciſément à notre diſpoſition…


Le Chevalier.

Dis-moi, eſt-ce toujours le même Capucin qui vient ici ?