Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au revoir, mon cher petit Jean. Les coqs chantent. Des volets s’ouvrent. J’entends une seconde par la fenêtre ces gémissements du voisin que j’entends le jour par la porte. Miss Daniels éteint notre chemin lumineux, et chaque commutateur craque comme si elle écrasait un gros insecte flamboyant. Les amis que j’ai eus depuis notre départ ? Pourquoi te les nommer ? La plupart sont tués maintenant, et seront désormais étendus entre nous, les pieds vers Munich, la tête vers Châteauroux. Mes amies ? Te dire que le mot Pavel a été lié syllabe par syllabe, des années, des mois, au mot Gilberte Duval-Clanchin, au mot Ethel Smith au mot Renée Baquot ? Les Allemands ? La guerre ? Quels Allemands ? Quelle guerre ? Non. J’ai à te dire, tout au plus, les deux premières phrases échangées avec celle dont tu as lu la lettre.

— Comme vous avez l’air belle, Irène ?

— Il vous plaît à penser, petit Pavel.

J’ai à te dire que je remue toujours le