Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lisation après y avoir contrôlé soigneusement ses noms et s’il savait nager. Tous ces objets enfin qui, sur mon lit maintenant rassemblés, paraissaient les rouages d’une horloge démontée, et que je remis chacun dans la poche exacte, bon horloger après quatre ans, sans qu’il m’en restât un seul inutile et mystérieux. Cher Pavel, anonyme et parfait dans les combats, ainsi que tous, comme une montre !

La lune était couchée ; toutes les lumières étaient mortes ; il n’y avait plus de clair, dans l’hôpital et dans Châteauroux, car Miss Daniels ne se souciait pas de tomber ou de se heurter, que le court chemin qui menait sinueusement, par des escaliers et par des angles droits, de chacune de nos deux chambres à un ami inaccessible…


Une femme curieuse ne tourne pas en vain autour de deux cerveaux.

— Et dans la vie, qu’as-tu fait ? m’écrivit enfin Pavel.