Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/210

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bavards et muets, constellés avec des bijoux, et cet autre les deux seins nus :

— Cocottes… disais-tu.

Ton doux pays était pour moi, depuis deux ans, le premier où il n’y eût pas la guerre. Il me fallut longtemps pour retrouver mes yeux de paix, pour ne pas, quand riait une vieille femme, quand venait un passant radieux, sentir en moi la joie qu’un fils fût en permission, qu’un blessa fût sauvé. Je me précipitais vers la vitrine entourée soudain par la foule comme vers dix mille prisonniers, comme vers Saint-Quentin reprise, et c’était un chien de porcelaine qui remuait la tête en tirant la langue. Quand tu me présentais à un de tes amis, je répondais avec mille précautions, mille scrupules, comme chez nous où l’on doit — pour éviter tout impair — parler aux gens inconnus comme s’ils étaient, et