Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/189

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lés, vaincus, et pleurent ; quand sur les gazons publics la foule se précipite sous les tentes des sergents recruteurs et les aide à pousser à l’abri leurs réclames, torpilles et mortiers ; quand la mère en knickerbokers à califourchon derrière la motocyclette pourpre essaye en vain d’étendre la main vers le bébé qui sommeille dans le side-car ; quand sur les clochetons des granges tournent affolés, mais en mesure, les cerfs d’or, les chimères, les vaches d’or : quand sur l’avenue vide reste un soulier plein d’eau ; quand un coup de vent soulève la page du comptable manchot, et qu’il la retient de la pointe de sa plume, appelant à l’aide ; quand on n’entend plus sur les trottoirs, sur la mer, sur les bastingages, que la pluie… — puis, quand un rayon descend, qu’un nuage tranchant le coupe, qu’il tombe ; quand l’arc-en-ciel vacille, sa gauche sur le béton du quai de Salem, sa droite sur la mer ; quand on retire dans un coin du ciel, comme la dernière allumette en réserve,