Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fermer les yeux pendant nos assauts… Sembat, qui, comme tant d’autres au début s’était mis nu quand il fut blessé, croyant avertir les Allemands, sur lequel ils continuèrent à tirer, qui fut tué nu ; il m’apprenait mes provinces et mes préfectures ; nous en étions au Massif Central quand il fut tué… Où nous sommes, mon capitaine ? Nous sommes dans le Soissonnais, chef-lieu Soissons…

— Tendrement je t’appelle, amour des combats, qui secoues tes ailes pleines de rosée, et te coules dans la forme vide du génie de la nuit comme le ramier dans celle de la chouette ! Voici la première haleine du jour ; un vent chargé et son brouillard soufflent sur les cyprès, ensoleillés, et les attisent… Comme on voit un p^aysage à travers un train qui passe, comme on voit un chien qui court à travers une palissade, quel beau jour j’aperçois en ouvrant et fermant les yeux ! Voici sur les murs, sur les toits du village les couleurs du pêcher, de