Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/159

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


hurle, on le bat… Un Français bat un chien français… Voici la lune derrière un bois déchiqueté… Il ne reste plus sur la terre livide que la carcasse d’un grand feu d’artifice… Le froid élargit les lèvres hésitantes de la bataille, et entre elles des corps rejetés comme des noyaux… Il pleut : pluie sur Prométhée ouvert ! Une ferme tout à coup s’embrase, s’écroule en une minute, et il ne reste plus debout que juste la cheminée, par laquelle passe du feu… On me touche à l’épaule, quelqu’un me touche,… mais notre corps maintenant bat si fréquemment de lui-même, si souvent nos paupières clignotent sans notre ordre, notre nez remue, un muscle dans nos bras s’agite, que je n’ai pas l’idée de me tourner… Mais qui était-ce ?… Le pays conquis hier est éteint ; le pays à conquérir demain brûle… Qui frappe ainsi à mon genou ?… Des têtes et des queues de constellations pendent au hasard entre les nuages… Qui frappe à ma poitrine ?… Pluie, qui ouvre le sol aux char-