Page:Giraudoux - Adorable Clio.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tourne autour de toi avec tant de peintres et de lumières, tant de poètes et de chagrins que tu ne connais pas, avec un Manet et un pays nommé Chine, avec un Rimbaud et une ville nommée Kiev… Mais pourquoi, devant toi, chacun de ces noms me donne-t-il, comme un nom de faute, un remords ?…

Rien qui défende un lycée contre l’escalade. Pas de chien. Pas de servantes… Voici la petite brèche par où je m’évadai une nuit pour aller dans la campagne. Je la franchis, je reviens de cette équipée. Voici la cour des petits, que je traverse d’un pas rapide, car elle est sonore et un pas paresseux mettrait tous les surveillants en éveil. Voici la cour des moyens et la porte avec sa fente par laquelle Dago nous passait, de la cour des grands, plus voisine du monde, page déchirée par page déchirée, les poètes défendus, et il fallait ainsi faire injure à son livre pour pouvoir honorer l’auteur ; et voici, donnant sur les cloîtres, prises au fond des arcades bien plâtrées comme les