Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Décrets du concile de Chalcédoine.

D’après ces délits scandaleux, Dioscore fut déposé par le concile, et banni par l’empereur ; mais la pureté de sa foi fut déclarée en présence des pères, et avec leur approbation tacite. Ils supposèrent plutôt qu’ils ne prononcèrent l’hérésie d’Eutychès qui ne fut jamais mandé devant leur tribunal ; ils demeurèrent confus et en silence, lorsqu’un hardi monophysite, jetant à leurs pieds un des volumes de saint Cyrille, osa les sommer de lancer contre lui un anathème qui envelopperait nécessairement la doctrine du saint. Si on lit de bonne foi les actes du concile de Chalcédoine, tels que les rapporte le parti orthodoxe[1], on trouvera qu’une majorité

    φωνην αυτης τε και το‍υ εραςο‍υ μεμνημενος (Concil., t. IV, p. 1276.) On trouve un échantillon de l’esprit et de la malice du peuple dans l’Anthologie grecque (l. II, c. 5, p. 188, édit. Wechel) ; l’éditeur Brodée n’en a pas connu l’application. Le trait de l’auteur anonyme de l’épigramme tire un jeu de mots assez piquant du rapport de cette salutation épiscopale (la paix soit avec vous tous !), avec le nom véritable ou corrompu de la concubine de l’évêque.

    Ειρηνη παντεσσιν επισκοπος ειπεν επελθων,
    Πως δυναται πασιν ην μονος ενδον εχει.

    J’ignore si le patriarche, qui paraît avoir été un amant jaloux, est le Cimon de l’épigramme précédente, dont Priape lui-même voyait avec étonnement et avec envie πεος ες εκος.

  1. Ceux qui respectent l’infaillibilité des conciles devraient essayer de fixer le sens de leurs décisions. Les évêques dont l’opinion fit loi dans l’assemblée, étaient entourés de scribes infidèles ou négligens, qui dispersèrent leurs copies dans le monde. On trouve dans nos manuscrits grecs