Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 9.djvu/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’école égyptienne adoptèrent cette doctrine mystique, à laquelle ils ajoutèrent plusieurs détails de leur invention. Dans leur opinion, Jésus de Nazareth n’était qu’un simple mortel, fils légitime de Joseph et de Marie ; mais c’était le meilleur et le plus sage des humains, choisi comme un digne instrument pour rétablir sur la terre le culte du vrai Dieu. Au moment de son baptême dans le Jourdain, le Christ, le premier des æons, fils de Dieu lui-même, descendit sur Jésus sous la forme d’une colombe, pour remplir son esprit et diriger ses actions durant la période de son ministère. Quand le Messie fut livré aux Juifs, le Christ, être immortel et impassible, abandonna sa demeure terrestre ; il retourna dans le Pleroma ou monde des esprits, et laissa Jésus seul et abandonné, souffrir, se plaindre et mourir. Mais on peut contester la justice et la générosité de cette désertion ; le sort d’un innocent martyr, d’abord exalté et ensuite délaissé par l’esprit divin qui l’accompagnait, dut exciter la pitié et l’indignation des profanes. Les sectaires qui adoptèrent et modifièrent le double système de Cérinthe apaisèrent de différentes manières les murmures excités par ces opinions. On

    du Sauveur. 2o. Au moment de la passion, ils se retirèrent l’un et l’autre, et ils ne laissèrent qu’une âme sensitive et un corps humain. 3o. Ce corps même était éthéré et peut-être seulement apparent. Tels sont les résultats qu’indique Mosheim après beaucoup de peine ; mais je doute beaucoup que le traducteur latin ait entendu saint Irénée, ou que saint Irénée et les valentiniens se soient entendus.