Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 4.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vélation chrétienne apprit à l’univers étonné que le logos, qui était de toute éternité avec Dieu, qui

    qu’un de ses attributs ; ils l’appelaient tantôt la sagesse, tantôt la parole : « Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel (Ps. 33, v. 6). » Accoutumés aux allégories, ils s’adressaient souvent à cet attribut de la Divinité comme à un être réel. Salomon fait dire à la Sagesse : « J’appartiens à l’Éternel, j’ai présidé dans ses conseils, j’étais avant tous ses ouvrages ; de toute ancienneté, j’ai été établie souveraine long-temps avant que la terre fût créée, etc. » (Prov., c. 8, v. 22 seq.) Le séjour en Perse ne fit qu’augmenter le penchant à des allégories soutenues. On trouve dans l’Ecclésiastique du Siracide et dans le livre de la Sagesse, des descriptions allégoriques de la sagesse, comme celle-ci : « Je sors de la bouche du Très-Haut, et j’ai couvert la terre comme d’une nuée… Seule, j’ai dessiné les bornes du ciel et creusé les abîmes de la mer… Le Créateur m’a créée avant les siècles, et je subsisterai pendant tous les siècles… Celui qui se nourrira de mes fruits n’aura plus faim ; celui qui s’abreuvera à ma source n’aura plus soif. » (Écclésiastique, c. 24, v. 3, 5, 9 et 20 ; voyez aussi le livre de la Sagesse de Salomon, c. 7 et 9.) On voit d’après cela que les Juifs entendaient par les mots hébreux et chaldaïques qui signifiaient sagesse, parole, et qui furent traduits en grec par ceux de σοφια, λογος, un simple attribut de la Divinité qu’ils personnifiaient allégoriquement, mais dont ils ne faisaient point un être réel, particulier, hors de Dieu.
    L’école d’Alexandrie, au contraire, et Philon entre autres, mêlant les idées grecques aux idées judaïques et orientales, et se livrant à un penchant vers le mysticisme, personnifia le logos, et le représenta (voy. la note I, p. 72) comme un être particulier, créé de Dieu, et intermédiaire