Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 4.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dénaturées qui avaient déjà déshonoré la maison de Constantin.

Éducation de Gallus et de Julien.

Lorsque les deux neveux de Constantin, Gallus et Julien, furent sauvés de la fureur des soldats, le premier avait environ douze ans, et Julien en avait à peu près six. Comme l’aîné passait pour être d’une santé faible et valétudinaire, ils obtinrent moins difficilement de la feinte pitié de Constance une existence obscure et précaire ; il sentait bien d’ailleurs que le meurtre de deux orphelins sans défense serait regardé du monde entier comme l’acte le plus odieux d’une cruauté réfléchie[1]. Différentes villes de la Bithynie furent successivement choisies pour le lieu de leur résidence, ou plutôt de leur exil, pendant le temps de leur éducation. Mais dès que leur âge fut susceptible d’éveiller les soupçons de l’empereur, il jugea plus prudent de s’assurer de ces jeunes infortunés en les renfermant dans la forteresse de Macellum, près de la ville de Césarée. La conduite que l’on tint avec eux, pendant une captivité de six ans, fut, à quelques égards, celle qu’aurait pu avoir un tuteur attentif, tandis que sur d’autres points ils éprouvaient toute la rigueur d’un tyran soupçonneux[2]. Leur

  1. Saint Grégoire de Nazianze (orat. 3, p. 90) reproche à l’apostat son ingratitude pour Marc, évêque d’Arétuse, qui avait aidé à lui sauver la vie ; et nous apprenons, quoique d’une autorité moins respectable (Tillemont, Hist. des emper., t. IV, p. 916), que Julien fut caché dans le sanctuaire d’une église.
  2. L’histoire la plus authentique de l’éducation et des