Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.


facultés actuelles des hommes ; et en effet, comment leur imagination ou même leur intelligence pourraient-elles saisir une substance inconnue, lorsqu’on en sépare toutes les idées du temps et de l’espace, du mouvement et de la matière, de la sensation et de la réflexion ? La voix de Mahomet confirma ce premier principe de l’unité de Dieu enseignée par la raison et la révélation ; ses prosélytes, depuis les frontières de l’Inde jusqu’à celles de Maroc, sont distinguées par le nom d’unitaires, et l’interdiction des images a prévenu le danger de l’idolâtrie. Les mahométans ont rigoureusement adopté la doctrine des décrets éternels et de la prédestination absolue, et se fatiguent inutilement à accorder la prescience de Dieu avec la liberté de l’homme et son mérite ou son démérite, ainsi qu’à expliquer l’existence du mal dans un monde gouverné par une puissance et une bonté infinies.

Mahomet, apôtre de Dieu, et le dernier des prophètes.

Le dieu de la nature a mis dans tous ses ouvrages la preuve de son existence et a gravé sa loi dans le cœur de l’homme : les prophètes de chaque siècle ont eu pour objet véritable ou prétendu de rendre aux hommes la connaissance de l’Être suprême, et de rétablir la pratique de la morale. Mahomet accordait à ses prédécesseurs le crédit qu’il réclamait pour lui-même, et il trouvait une suite d’hommes inspirés depuis la chute de notre premier père jus-

    Dieu, Maracci (Alcoran, t. I, part. III, p. 87-94) oppose ridiculement cet argument, que Dieu a fait l’homme à son image.