Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 10.djvu/49

Cette page a été validée par deux contributeurs.


échappèrent à la contagion de l’idolâtrie, et respirèrent avec leurs antagonistes l’air libre du désert[1]. [Les Juifs.]Les Juifs étaient établis en Arabie sept siècles avant la mort de Mahomet, et les guerres de Titus et d’Adrien en chassèrent un plus grand nombre de la terre sainte. Ces industrieux exilés aspirèrent à la liberté et au pouvoir ; ils formèrent des synagogues dans les villes et des châteaux dans le désert, et les gentils qu’ils convertirent à la religion de Moïse furent confondus avec les enfans d’Israël, auxquels ils ressemblaient par le signe extérieur de la circoncision. [Les chrétiens.]Les missionnaires chrétiens furent encore plus actifs et plus heureux : les catholiques soutinrent leurs prétentions à l’empire universel ; les sectes opprimées par eux se retirèrent successivement au-delà des limites de l’Empire romain : les marcionites et les manichéens répandirent leurs opinions fantastiques et leurs évangiles apocryphes ; les évêques jacobites et nestoriens[2] firent adopter aux Églises de l’Yémen et aux princes de Hira et de Gassan des maximes plus orthodoxes. Les tribus avaient la liberté du

  1. Les mages étaient établis dans la province de Bahrein (Gagnier, Vie de Mahomet, t. III, p. 114) et mêlés aux anciens Arabes (Pococke, Specimen, p. 146-150).
  2. Pococke, d’après Sharestani, etc. (Specimen, p. 60-134, etc.), Hottinger (Hist. orient., p. 212-238), d’Herbelot (Bibl. orient., p. 474-476), Basnage (Hist. des Juifs, t. VII, p. 185 ; t. VIII, p. 280) et Sale (Disc. prélim., p. 22, etc., 33, etc.) décrivent l’état des Juifs et des chrétiens en Arabie.