Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VI


Un matin il se fit un bruit inaccoutumé à la porte de la ferme. C’était des aboiements de chiens, des tintements de grelots, des voix criant d’ouvrir.

Clélia qui venait de se lever courut à la fenêtre de sa chambre et regarda à travers les vitres.

On ouvrait à deux battants la porte cochère, et elle vit un jeune homme en costume de chasse descendre d’un élégant traîneau, puis empoigner par la peau du cou un magnifique chien de chasse qu’il mit à terre. Un autre chien s’élança d’entre les jambes du cocher et se mit à gambader sur la neige en aboyant gaiement, tandis que son compagnon secouait ses oreilles.

— Allons ! paix, Endymion ! cria le jeune homme. À bas, Phœbé ! tenez-vous tranquilles.