Page:Gautier - Les Cruautés de l'Amour, E. Dentu, 1879.djvu/293

Cette page a été validée par deux contributeurs.
281
les cruautés de l’amour

compagnie, nous l’acceptons avec reconnaissance, dit Mme Manivaux, saluant et souriant.

Maurice offrit son bras à la mère et ils se mirent en route, parlant de choses et d’autres.

— Monsieur, dit Mme Manivaux lorsqu’on fut arrivé, vous êtes notre voisin, j’espère que vous viendrez nous voir quelquefois. Le dimanche, nous sommes toujours chez nous.

— J’aurai l’honneur de me présenter chez vous dimanche prochain, madame, dit Maurice en s’inclinant.

— Cette femme, pensa-t-il, est aimable comme une mère qui a des filles à marier.

Lorsqu’il fut couché et qu’il eut soufflé sa lumière, cette pensée lui vint : J’aimerais mieux Juliette si ses narines étaient moins ouvertes et si sa bouche ne se relevait pas ainsi ; cette moue est un défaut, en somme.

— Fou que je suis ! s’écria-t-il en se frappant le front, c’est à sa sœur que je pense.

Le dimanche suivant, il frappait à la porte de Mme Manivaux avec une certaine émotion.

— Madame s’habille, lui dit la bonne ; mais ces demoiselles sont au jardin.

Et elle lui ouvrit la porte du perron. Maurice aperçut les deux jeunes filles auprès d’une petite