Page:Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Gagnon - Le fort et le château Saint-Louis (Québec), 1908.djvu

XI


Diplomates et gens d’épée, — M. de la Galissonnière. — Mauvaise politique. — M. de la Jonquière. — Sa mort au Château. — M. Duquesne de Menneville. — Hostilités. — Piraterie. — M. Pierre de Vaudreuil de Cavagnal. — Ce qu’étaient le gouverneur-général et l’intendant. — M. de Vaudreuil après la Cession. — Le Château de Collier. — Mort de M. de Vaudreuil en 1778. — Mort de M. de Rigaud en 1779.



Une étude qui s’impose à tous les économistes politiques est celle des traités qui, d’ordinaire, suivent les luttes à main armée entre les nations. Plus d’une fois la diplomatie est venue gâter l’œuvre des gens d’épée ; c’est ainsi que le traité d’Aix-la-Chapelle, qui suivit les journées de Fontenoy, de Lawfeld, de Berg-op-Zoom, de Tournay, de Gand, etc., eut pour la France victorieuse les plus fâcheux résultats, notamment en ce qui concernait ses colonies de l’Amérique du Nord.

Ce traité fut signé le 18 octobre 1748. « Le marquis de Saint-Sévérin, l’un des plénipotentiaires français, déclara, à l’ouverture des négociations, qu’il venait accomplir les paroles de son maître, qui voulait faire la paix, non