Page:Gaffiot - Dictionnaire illustré Latin-Français.djvu/561

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


hache, et de pioche ou de pic], hache : Liv. 21, 12, 8, etc. ‖ couperet du boucher Paul Dig. 33, 7, 18 ‖ hache pour démembrer les victimes : P. Fest. p. 318. 18.

DOLABRA[1]

dŏlābrărĭus,[2] ĭi, m., fabricant ou marchand de dolabres : CIL 5, 908.

dŏlābrātus, a, um (dolabra), en forme de dolabre : dolabrata securis Pall. 1, 43, 3, dolabre.

dŏlāmen, ĭnis, n. (dolo), action de tailler avec la dolabre : Apul. Flor. 1.

Dolātes, um ou ium, m., peuple de l’Ombrie : Plin. 3, 113.

dŏlātĭlis, e (dolo), facile à doler : Grom. 362, 18charta Fort. 7, 18, 21, tablette travaillée à la dolabre = façonnée, préparée.

dŏlātĭo, ōnis, f., c. dolamen : Hier. Ep. 78, 32.

dŏlātŏr, ōris, m. (dolo), celui qui travaille avec la dolabre, charpentier : Adaman. Loc. 1, 4.

dŏlātōrĭus, a, um (dolo), qui concerne le travail de la dolabre; de charpentier : Eust. Hex. 2, 2 ‖ subst. n., marteau de tailleur de pierres : Hier. Ep. 106, 86.

1 dŏlātus, a, um, part. de dolo.

2 dŏlātŭs, ūs, m., taille : [des pierres précieuses] Prud. Psych. 835.

dŏlĕārĭus, v. doliarius.

dŏlendus, a, um, adj. verb. de doleo ‖ pl. n. dolenda Vell. 2, 130, 4, événements douloureux.

1 dŏlens, tis, part. de doleo ‖ adjt, qui cause de la douleur : Sall. J. 84, 1 ; dolentior Ov. M. 4, 246.

2 Dŏlens, tis, m., surnom et nom d’homme : Inscr.

dŏlentĕr (dolens), avec douleur, avec peine : Cic. Phil. 8, 22 ; Dom. 98 ‖ en laissant voir de la douleur, d’une manière pathétique, attendrissante : Cic. Or. 131dolentius Cic. Sest. 14.

dŏlentĭa, æ, f. (doleo), douleur : Læv. d. Gell. 19, 7, 9.

dŏlentŭlus, a, um (dolens), tout affligé : CIL 8, 9969.

dŏlĕo, ŭi, ĭtum, ēre, int. et tr.

I int., ¶ 1 éprouver de la douleur [physique], souffrir[3] : doleo ab oculis Pl. Cist. 60, j’ai mal aux yeux ‖ [décad.] oculos dolere Front. 182, 13 N, avoir mal aux yeux, cf. S. Sev. Mart. 19, 3 ; M. Aur. ep. ad M. Cæs. 81, 25 N ; [fig.] animum dolere Anton. d. Front. de nep. am. 1, avoir l’esprit (le cœur) malade ¶ 2 [la partie douloureuse étant sujet] ; pes dolet Cic. Tusc. 2, 44, le pied est douloureux, fait mal ; si cor dolet Cat. Agr. 157, 7, si vous avez mal au cœur ; si caput a sole dolet Plin. 24, 15, si le soleil a fait mal à la tête ‖ [impers.] mihi dolet Pl. Ep. 147, j’ai mal ; manibus plus dolet Pl. Truc. 768, on a plus mal aux mains ; mihi dolebit, si... Pl. Men. 439, il m’en cuira, si... ¶ 3 être affligé : contrariis rebus Cic. Læ. 17, s’affliger de l’adversité ; de aliquo Cic. Att. 6, 6, 2 s’affliger au sujet de qqn ; ex me doluisti Cic. Fam. 16, 21, 2, j’ai été pour toi un sujet de douleur (ex aliqua re Cæs. G. 1, 14, 5) ; [décad.] doleo vestri Commod. Instr. 2, 19, 2, je suis affligé à cause de vous ‖ [acc. adverbial] id dolemus, quod Cic. Br. 5, la raison de notre affliction, c’est que ; dolere quod Cæs. C. 1, 9, 2, s’affliger de ce que ‖ [impers] : tibi dolet Ter. Phorm. 162, tu souffres ; hoc tibi dolet Ter. Eun. 93, tu souffres en cela, de cela ; nihil cuiquam doluit Cic. de Or. 1, 230, pas un n’eut une manifestation de douleur ; cui dolet, meminit Cic. Mur. 42, celui qui pâtit se souvient ‖ dolet dictum (esse) adulescenti libero Ter. Eun. 430, cela me fait de la peine que le mot se soit adressé à un jeune homme de bonne famille.

II tr., ¶ 1 s’affliger de, déplorer : meum casum doluerunt Cic. Sest. 145, ils ont déploré mon malheur, cf. Vat. 31 ; Cæl. 34 ; inferiores non dolere debent se a suis superari Cic. Læ. 71, les inférieurs ne doivent pas se plaindre d’être surpassés par les leurs, cf. Att. 6, 3, 4 ; Cæs. G. 3, 2, 5 ‖ [poét. avec acc. de pers.] plaindre qqn : Prop. 1, 16, 24 ¶ 2 [décad., au sens causatif] : hoc me dolet, cela me fait souffrir.

>>> doleunt Cil 3, 3362 ; 5, 1706.

dŏlĕor, ĭtus sum, dépon., s’affliger : Cil 6, 23176.

dŏlesco, ĕre, int., s’affliger : Gloss. Phil.

dōlĕum et dōlĕus, v. dolium.

dōlĭāris, e (dolium), relatif au dolium, de tonneau : doliare vinum Ulp. Dig. 18, 6, 1, vin en tonneau, de l’année ‖ [fig.] doliaris anus Pl. Ps. 659, vieille femme semblable à une barrique.

dōlĭārĭus et dōlĕārĭus, a, um, de dolium : dolearia officina Cil 15, 1390, atelier de tonnelier, du fabricant de doliadōlĭārĭum, n., cellier à mettre le vin : Gai. Dig. 18, 1, 35.

Dŏlĭchāōn, ŏnis, m. (Δολιχάων), nom d’homme : Virg. En. 10, 696.

Dŏlĭchē, ēs, f. (Δολίχη), v. de la Pélasgiotide : Liv. 42, 53, 6 ‖ île de la Méditerranée, nommée ensuite Icaros : Plin. 4, 68 ‖ ville de la Commagène : Anton.

Dŏlĭchēnus, i, m., nom de Jupiter [ainsi appelé de Dolique, ville de Comagène où il était honoré] : Inscr. Orell. 1233-1235.

Dŏlĭchistē, ēs, f., île de la Méditerranée [près de la Lycie] ; Plin. 5, 131.

dŏlĭchŏdrŏmŏs, i, m. (δολιχοδρόμος), la longue course [d’un parcours mal connu] : Hyg. Fab. 273.

1 dŏlĭchŏs, i, m., dolique [plante] : Plin. 16, 244.

2 Dŏlĭchŏs (-us), i, m. et Dŏlĭchē, ēs, f., nom d’homme, nom de femme : Inscr.

dŏlĭdus, a, um (doleo), douloureux : C.-Aur. Acut. 3, 3, 11.

dŏlĭēs, ēi, f. (doleo), douleur, chagrin : Cil 5, 29947.

dōlĭŏlum, i, n., ¶ 1 petit dolium, baril, tonnelet : Liv. 5, 40 ; Col. 12, 44, 3vitreum M.-Emp. 29, bocal ¶ 2 calice des fleurs : Plin. 11, 32Dōlĭŏla, ōrum, n., quartier de Rome : Varr. L, 5, 157.

Dŏlīŏnes, um, m. (Δολίονες), nom d’un peuple pélasgique : Plin. 5, 142.

Dŏlīŏnis, ĭdis, f., ancien nom de Cyzique : Plin. 5, 142-nĭus, a, um, de Dolionis : V.-Fl. 5, 6.

dŏlĭto, āre (doleo), int, être douloureux : Cat. Agr. 157, 7.

dŏlĭtūrus, a, um, part. fut. de doleo : Liv. 39, 43, 5.

1 dōlĭum, ĭi, n., grand vaisseau de terre ou de bois où l’on serrait le vin, l’huile, le blé etc.; jarre, tonne, tonneau : Cat. Agr 69, 1 ; Col. 11, 2, 70de dolio haurire Cic. Br. 288, puiser au tonneau [boire du vin de l’année] ‖ sorte de météore igné : Manil. 1, 847.

>>> doleus Grom. 296, 9 ; doleum Cil 1, 1, 281.

DOLIUM[4]

2 dŏlĭum, ĭi n. (doleo), douleur, chagrin : Commod. Instr. 2, 31, 1.

dŏlo, āvi, ātum, āre, tr., ¶ 1 travailler avec la dolabre, dégrossir, façonner : [une pièce de bois] Cat. Agr. 31 ; Cic. Div. 2, 86 ; dolare in quadrum Col. 8, 3, 7, équarrir ‖ e robore dolatus Cic. Ac. 2, 100, façonné dans le chêne ¶ 2 [fig.] : non perpolivit illud opus, sed dolavit Cic. de Or. 2, 54, il n’a pas donné à cet ouvrage le poli de la perfection, mais il l’a dégrossi ; lumbos fuste dolare Hor. S. 1, 5, 23, caresser les reins à coups de bâton ; dolare dolum Pl. Mil. 938, mener à bien une ruse.

2 dŏlo ou dŏlōn, ōnis, m. (δόλων), ¶ 1 dolon [bâton armé d’un fer très court] : Varr. d. Serv. En. 7, 664 ‖ poignard : Suet. Cl. 13 ; Dom. 17, cf. Isid. 18, 9, 4 ‖ aiguillon de la mouche : Phæd. 3, 6, 3 ¶ 2 la plus petite voile, voile de proue : Liv. 36, 44, 3, cf. Isid. 19, 3, 3.

Dŏlōn, ōnis, m. (Δόλων), Dolon [espion troyen, qui fut pris et tué par Ulysse et Diomède] : Virg. En. 12, 347 ‖ un des fils de Priam : Hyg. Fab. 90.

Doloncæ (-gæ), ārum et Dolonci, ōrum, m., peuple de Thrace : Plin. 4, 41 ; Solin. 10.

  1. IMAGE
  2. Le deuxième a est noté long sur mon exemplaire papier du Gaffiot mais semble bref sur l'image de Wikisource.
  3. Coquille : soufffrir
  4. IMAGE