Ouvrir le menu principal

Page:Gérin-Lajoie - Jean Rivard, le défricheur, 1874.djvu/196

Cette page a été validée par deux contributeurs.
191
LE DÉFRICHEUR.

Voilà ce qu’avait produit, en moins de deux années, à l’aide du travail et de l’intelligence, un patrimoine de cinquante louis !

Combien, parmi la multitude de jeunes gens qui chaque année embrassent le commerce ou les professions libérales, combien peuvent se glorifier, dès le début, d’un aussi beau succès ?

Jean Rivard lui-même en était étonné. Il répétait souvent le vers du poète :


Grâce au ciel, mon bonheur passe mon espérance.


Mais si le passé ne lui offrait rien que d’encourageant, l’avenir se présentait encore sous de plus riantes couleurs. Pour le défricheur, aussi bien que



    DÉPENSES.
    Prix de 100 acres de terre à 3s 3d £16 5 0
    Pour faire défricher, clôturer et ensemencer, à £3 10 par acre 350 0 0
    Pour construire une petite maison 50 0 0
    Pour deux paires de bœufs, avec attelage 34 0 0
    Chaudière à potasse, etc… 10 0 0
    Fabrication de la potasse, barils, etc. 40 0 0
    Seconde année, pension et gages de 3 hommes, et de 5 durant les récoltes, entretien des bœufs, etc.
    180 0 0

    £680 5 0
    RECETTES.
    Potasse, 20 barils à $6. £120 0 0
    Bois de pin, savoir cent arbres à 6s 30 0 0
    Première récolte de blé, 2000 minots à 5s 500 0 0
    Seconde récolte, orge, seigle, avoine, pois et patates, à £3 par acre
    300 0 0

    £950 0 0
    Surplus, après la seconde récolte, sans compter la terre 269 15 0