Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XX

LE CLAVECIN


Oh ! si je pouvais ! loin de ce monde ennuyeux,
Tristesse de mon âme et terreur de mes yeux,
Je m’en irais là-bas vivre dans une chambre
Lointaine, qu’emplirait une vague odeur d’ambre
Et comme le parfum ressuscité d’un lit
Où son corps tant de fois pleuré s’ensevelit,
Et qui, depuis, toujours, de minute en minute
Prolonge le frisson de la suprême lutte.
Les fenêtres auraient des rideaux de lampas
Que l’horrible soleil ne traverserait pas.