Page:Froger - À genoux, 1878.djvu/167

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En moi leurs voix ! Et c’est pourquoi maintenant même,
Sous le ciel lumineux et beau que toujours j’aime,
En cet âge qui n’a plus rien de la beauté,
Je vis du souvenir de ma divinité.