Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’Or sont de vieilles connaissances. Jacques, approche, que je te présente à M. Tintouin directeur de La Côte Bleue, ancien chef de musique militaire à Cassis, un de nos plus riches capitalistes, et dont je compte bien doubler la fortune avec l’affaire des alcools du Caucase. J’ai aussi amené ces deux messieurs, tu sais, dont je t’ai dit tant de bien hier soir, deux cœurs d’or et qui ont l’oreille de Mazarakis : M. Pam… Pamplemousse…

— Pampelunos, rectifia en s’avançant un homme âgé, espagnol d’allures et d’accent, et dont le regard était éteint de scepticisme et d’expérience.

— Pampelunos, parfaitement. Un homme étonnant, qui, après avoir été un des chefs de l’insurrection carliste, s’est retiré des affaires publiques, et vit comme un sage, dans un petit magasin du Vieux-Port, en vendant des asticots et des cannes à pêche… Et M. Mic… Micmac…

— Micaëlli, souffla un petit vieillard propre et aimable, monsieur Micaëlli, ancien secrétaire de M. Francisque Sarcey et actuellement inventeur d’un instrument destiné…

— À révolutionner l’industrie mécanique, interrompit M. de Meillan… j’ai étudié son dossier, ses plans, ses depits, c’est extraordinaire… Allons, messieurs, à table ! à table ! L’huître ouverte n’aime pas attendre.

Il retira lui-même d’un panier quatre douzaines de Portugaises prêtes et les disposa sur un grand plat.

— C’est bien peu, n’est-ce pas, Messieurs, c’est bien peu. Mais un homme en a tout de même sa charge. Et puis, je ne pouvais pas supposer que je vous rencontrerais tous. Je n’avais primitivement invité que MM. Tintouin, Micmaquelli et Pamplemonos, mais, par un hasard comme… moi seul en rencontre, j’ai trouvé successivement, échelonnés à divers coins de rue, ces excellents amis : Paillon, Cabillaud et Renaud Jambe-d’Or. Messieurs vous vous