Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/43

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


assez cher sans que je m’entende encore donner des leçons par des pécores. Retournez à vos fourneaux, ma fille, et ne m’échauffez plus les oreilles.

Il dit, et Eugénie, domptée, regagna sa cuisine étudier dans Le Gourmet Économique le moyen de faire manger deux fois trois personnes avec quatre francs en leur donnant des rôtis à tous les services. M. de Meillan, tranquille de ce côté, reprit le fil de son discours :

— Et maintenant, me diras-tu pourquoi tu es en frac ?

— Papa, je vais dans le monde.

— Eh bien ! vas-y, mon enfant ; c’est de ton âge… Mais je ne t’y accompagne pas. D’ailleurs on ne m’a pas invité ; ce qui me prouve bien que tu fréquentes des rastaquouères… Dans le vrai monde, dans celui où on se respecte, chaque fois qu’on invite un jeune homme, on le prie d’emmener son père et sa mère. Voilà ! Du reste, si on m’avait invité, je me serais vu obligé de te laisser y aller seul, parce que ce soir, j’ai trois rendez-vous extrêmement importants : tous les trois à propos de mes mines de fer du Péloponnèse. Et le dernier est à une heure du matin, au bar américain, le seul endroit public qui reste ouvert après minuit. C’est là que je dois rencontrer Gérassimos Mazarakis, qui est le pivot de l’entreprise.

— De telle sorte que si je quitte le bal des Morille à minuit et demi, j’ai encore le temps de te ramener à la maison.

— Mais bien certainement, mon fils. Et je me ferai même un plaisir de te présenter à deux de mes nouveaux amis : deux inventeurs, des gens tout à fait gentils, et que tu ne connais pas.

— Comment s’appellent-ils ?

— Ah ! je ne sais plus… Des noms à coucher à la porte d’un café, ce qu’ils font d’ailleurs, les pauvres, car on ne