Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/41

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ma conscience ? — et puis, qui sait si je ne rencontrerai pas?… Le hasard est grand dans un monde tout petit. T’imagines-tu cela, Jeannette ?

Au milieu de ce tohu-bohu de figures vagues et de masques giflables, tout-à-coup me trouver face à face avec Elle, non plus repoussant comme un chanteur des cours, mais brillant, taillé en sifflet d’ébène, l’orchidée à la boutonnière. Décidément il faut que j’aille chez madame Morille.


À huit heures, M. Pierre de Meillan entra. Il était haletant et absorbé.

— Où est mon fils ! dit-il, dès le corridor.

Et comme celui-ci glissait à sa rencontre :

— Ah ! te voilà… très bien ! très bien ! Eugénie a dû te dire que pour un rien je ne rentrais pas… Et le fait est qu’il s’en est fallu de bien peu que ton père ne vogue à cette heure sur les flots de l’Orient-Express, style poétique… J’avais rendez-vous avec ce type, tu sais bien, cet homme charmant, négrier autrefois, et qui avait acheté des fusils pour Ménélick avec l’argent qu’il avait gagné à exploiter les pêcheurs de perles du Golfe Persique, enfin, tu sais bien qui je veux dire.

— J’avoue…

— Attends, attends… Brotille, Broquille, Brodequin, Bruidequille, le fameux Bruidequille. Eh bien ! je devais le voir tout-à-l’heure. Il était convenu qu’il m’apportait les capitaux destinés au lancement d’une affaire considérable, une source d’eaux minérales pour diabétiques, qu’on aurait découverte à un kilomètre de Constantinople. Je partais ce soir si je l’avais trouvé. Mais Bruidequille est un mufle, et il aura porté l’affaire à un autre… À propos, est-ce qu’on dîne ?