Page:Francis de Miomandre - Écrit sur de l'eau, 1908.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de ces tergiversations, aurait-il, enfin, abandonné ses recherches si, un beau soir, madame Verrière ne lui avait écrit cette lettre magique : « Venez demain. Tout est terminé. Votre dévouée : Ermelinde ».

Il y avait quinze jours que cela durait et pendant ces mortels retards, que devaient être, hélas ! les pensées d’Anne Mazarakis, à qui Jacques n’aurait jamais osé écrire, sans pouvoir en même temps lui dire : « J’ai trouvé ».