Ouvrir le menu principal

Page:Fournier - Souvenirs poétiques de l’école romantique, 1880.djvu/16

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


laisser à chacun la liberté qu’il se donnait lui-même , nous avons admis, pour le classement de ces talents émancipés, une classification qui n’en est pas une : l’ordre alphabétique le plus commode de tous et le plus élémentaire.

On n’aura qu’à feuilleter jusqu’à la lettre où se trouve le nom du poète avec lequel on veut se remettre en communion de pensée ; du fond de la page il répondra à l’appel, vous apportant idéales et spiritualisées quelques-unes de ces inspirations aujourd’hui presque entièrement désapprises.

On s’était élevé trop haut, on est retombé trop bas.


29 septembre 1879.