Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/386

Cette page n’a pas encore été corrigée


sur la mousse et sur les feuilles jonchées par terre ; il avait plu, le chemin était boueux ; la lune blanche remontait dans le ciel. Avant de gravir Je plus rude, on s’arrête à l’hospice, grande maison nue au dehors comme au dedans, où nous n’avons vu que les enfants du gardien qui se taisaient en nous regardant. La cuisine est haute et voûtée pour soutenir le poids des avalanches ; des meurtrières dans les murs remplacent les fenêtres, et quand on ferme lès auvents il fait nuit. La fumée sortait en nuages du foyer, et le vent qui venait du dehors passait sur les murs noirs et l’agitait autour de nous sans l’entraîner en se retirant. Des chênes dégrossis, placés devant le feu, servent de bancs, et bien des belles voyageuses qui venaient là s’y asseoir au mois d’août, en compagnie, gantées, heureuses d’être dans les montagnes et de pouvoir le dire, ne pensent guère que quelques mois plus tard, sur ces mêmes bancs, dans les nuits d’hiver, viennent s’asseoir aussi, armés et sombres, les contrebandiers et les chasseurs d’ours. On ferme les ouvertures avec du foin et de la paille, la résine éclaire la voûte, et l’arbre brûle dans cet âtre sombre autour duquel sont réunis quelquefois jusqu’à cinquante hommes, montagnards égarés, chasseurs, contrebandiers, proscrits.Tous se rangent en cercle pour se chauffer ; les uns guettent les bruits de pas sur la neige, les autres laissent venir le jour et fument sous le manteau de la cheminée. Je crois qu’on y cause peu, et que le vent qui rugit dans la montagne et qui siffle