Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/143

Cette page n’a pas encore été corrigée


le soir sous les arbres devant le théâtre. — La calomnie de M. Scribe (M. de Sauvray Raymond), j’en sors malade. — Le port impossible à voir. — Promenade le soir. — Rien dedans. — Hennebont sur le penchant d’un coteau.

De Lorient à Hennebont à pied. — Florentin chantant une chanson génoise et vendant des plâtres. — Plantes violettes dans les ruines; deux tours conservées avec des toits en ardoise. — En arrivant de Lorient : pan de mur à mâchi- coulis garni de terre. — Sur le haut de la ville, pro- menade, vue sur la rivière; en face l’Hôtel du Com- merce; grande allée d’ormeaux. — En relayant, idiot farouche, regard dur, grande redingote verte, pantalon de toile trop court, sabots, nu-pieds, chapeau de paille; femme couverte ....

D’Hennebont à Ploërmel, sous la bâche. — Le conducteur est une espèce de marin. — Mélancolie en regardant la grande route. — A Vannes le démocrate classique, dési- rant notre intimité. — Procession, soldats, jeunes garçons vêtus de blanc couronnés de roses à Hennebont.

Ploërmel. — Eglise gothique du bon temps avec de jolis vitraux; portail du commencement du xiv* siècle; la truie à gauche sur un contrefort, près du portail latéral. — Dans un long vallon plat la campagne est foncée en cou- leur et bleue à l’horizon. — Idiot. — Père de a6 enfants nous récite des vers sur l’empereur.

Josselin, vu de l’angle du pont. — Trois tours, fenêtres carrées (du commencement du XV’ siècle). — Bâti sur roc, sur la rivière, rangée de mâchicoulis; de face dix fenêtres dans le style de la reine Anne à Blois, mais d’un goût plus raide. — Aucune pareille; l’entrecroisement des galeries également différent. — Enormes gargouilles : élé- phants sans cornes, chien marin, dragon ; de dessous leur ventre part une gouttière en pierre menant jusquen bas, à 3 pieds du sol; et terminée par une autre tête de gar- gouille de même caractère. L’une, vers le milieu, la