Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Eh quoi! lui dit son compagnon, tu ne leur en a pas pris un peu pour te faire des gilets?

L’hôte, qui est le maire de l’endroit, vint au dessert trinquer avec nous. Les deux coudes de sa chemise appuyés sur la table, son bonnet de soie noire relevé derrière les oreilles pour mieux en- tendre, il demeura tout le temps muet et béant à savourer les discours de nos amis et les nôtres, qui ne valaient pas mieux. Du reste, ce dîner ne nous ennuya pas, il est parfois très doux de causer avec des imbéciles.

Le lendemain était un dimanche, et la cuisine était déjà toute pleine de paysans qui venaient boire, quand nous descendîmes pour y prendre notre soupe à l’oignon avant de nous mettre en marche pour Auray.

On entendait, par-dessus les voix et les galo- ches ferrées qui résonnaient dans le cabaret, le roucoulement d’une tourterelle enfermée dans une cage suspendue à la muraille. Quel doux bruit que celui-là! Aimez-vous les vieux colombiers où on les voit marcher sur le toit des tuiles en ren- gorgeant leur cou, en ouvrant leurs ailes, en bai- gnant leurs pieds roses dans l’eau des gouttières tout en poussant tout le long du jour leurs ron- flements plaintifs qui reprennent et s’arrêtent?

Nous étions levés, nous allions partir, nous le vîmes passer, mais nous ne l’aperçûmes que par derrière. Qu’était-ce par devant? qui donc? le chapeau. Quel chapeau! un vaste et immense chapeau qui dépassait les épaules de son porteur