Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/137

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le village était tranquille, les poules glous- saient dans les rues, et dans les jardins enclos de murs, de pierres sèches, les orties sont poussées au milieu de carrés d’avoine.

Comme nous étions devant la maison de notre hôte, assis à prendre l’air, un vieux mendiant a passé. II était courbé, en guenilles, grouillant de vermine, rouge comme du vin, hérissé, suant, la poitrine débraillée, la bouche baveuse.

Le soleil reluisait sur ses haillons, sa peau vio- lette et presque noire semblait transsuder du sang. II beuglait d’une voix terrible en frappant à coups redoublés contre la porte d’une maison voisine.

(*’Nous eûmes l’honneur de dîner avec nos deux voyageurs pour le commerce dont la politesse méritait bien l’offre de l’inévitable bouteille de Champagne, aussi leur cœur s’ouvrit-il complète- ment aux nôtres, et ils versèrent dedans leurs confidences les plus intimes. Nous apprîmes des choses fort intéressantes, que le plus jeune, par exemple, voyageait pour une maison de Lisieux et qu’il avait eu l’an passé une maîtresse qui s’ap- pelait Joséphine et qui avait beaucoup de gorge. C’était, du reste, un gaillard qui avait connu de Cythère le haut et le bas de l’échelle, il lui arri- vait souvent de calmer ses sens pour de faibles trésors et il avait couché avec des femmes qui cou- chaient dans des draps de satin noir.

’*’ Inédit, pages 137 à 1^0.